Une conférence qui suscite polémique

icone Societe
Par Thomas Martin
jeudi 28 septembre 2017
Une conférence qui suscite polémique
Le drapeau Métis, utilisé depuis le XIXe siècle. (Photo: Domaine public)
Le drapeau Métis, utilisé depuis le XIXe siècle. (Photo: Domaine public)
L’UdeM accueillait hier après-midi une conférence intitulée « Le révisionnisme historique et l'autochtonisation des Québécois » qui a fait vivement réagir la Fédération Métisse du Canada (FMC). Cette dernière déplore l’invitation d’un professeur dont elle juge certains propos négationnistes.

Le professeur du Département de sociologie et criminologie de l’Université Saint-Mary, Darryl Leroux, était l’invité en question. « Les travaux du Pr Leroux au sujet des Métis de l’est du Canada constituent un cas flagrant de négationnisme historique et d’incitation à la haine envers une population autochtone en raison de son histoire particulière et de sa [localisation] géographique […] », a écrit le président de la FMC, Robert Pilon, dans une lettre.

La réaction de M. Pilon intervient à la suite du tweet écrit par Darryl Leroux qui indiquaient que de plus en plus de Québécois se définissent comme Métis, avec une augmentation de 200 % entre 2001 et 2011, arguant que ce phénomène se combine à des recherches universitaires sur la présence d’un peuple Métis au Québec.

La bénévole à la FMC Johanne Brissette estime que M. Leroux nuit à la réconciliation et au respect, allant même jusqu’à dénoncer le professeur pour avoir présenté en janvier dernier des documents qui remettaient en question l’existence même des Métis au Québec.

Darryl Leroux qui questionne ces propos, précise que les statistiques sur lesquelles il s’appuie proviennent d’articles certifiés par des universitaires respectés. Le professeur est soutenu par plusieurs communautés dont la Metis National Council.

  • PARTAGE