Des bureaux de vote sur le campus

icone Campus
Par Esther Thommeret
lundi 30 septembre 2019
Des bureaux de vote sur le campus
Les bureaux de vote se trouveront au deuxième étage du pavillon Jean-Brillant et au CEPSUM. Crédit Photo: Guillaume Villeneuve.
Les bureaux de vote se trouveront au deuxième étage du pavillon Jean-Brillant et au CEPSUM. Crédit Photo: Guillaume Villeneuve.
Dans le cadre des élections fédérales du 21 octobre, la FAÉCUM mettra à la disposition des étudiants des bureaux de vote du 5 au 9 octobre, pour les inciter à voter.

Quatre bureaux de vote seront accessibles directement sur le campus cette semaine. Un sera installé à la cafétéria Local Local, au deuxième étage du Pavillon Jean-Brillant, un autre au quatrième étage du CEPSUM, un troisième à l’École Polytechnique et un dernier à HEC.

Pour voter, peu importe la circonscription, les étudiants doivent être citoyens canadiens, inscrits sur la liste électorale, être munis d’une pièce d’identité et avoir au moins 18 ans le jour de l’élection. Les bureaux seront accessibles du samedi 5 octobre à 9 h, jusqu’au mercredi 9 octobre à 22 h 30.

« Nous voulons nous assurer que les étudiants soient encouragés à voter, et que ça soit facile pour eux », explique la secrétaire générale de la FAÉCUM, Sandrine Desforges. Selon la Fédération, sachant que le Canada compte plus de sept millions de jeunes électeurs, la communauté étudiante détient un poids électoral notoire, mais seulement 57,2 % se rendent aux urnes. C’est la raison pour laquelle elle incite les étudiants de l’UdeM à faire entendre leur voix.

En collaboration avec l’Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAE), la FAÉCUM a lancé une campagne encourageant les jeunes à aller voter. Plus de 30 associations étudiantes y participent au Canada et donnent des informations pour permettre de comprendre les enjeux politiques, le système politique fédéral et les positions des différents partis.

Dans le cadre de ces élections fédérales, la FAÉCUM soutient six revendications pour faire avancer les conditions du monde universitaire et des étudiants, notamment en matière de financement de la recherche et des cycles supérieurs.