Le pouvoir des nouveaux atouts

icone Sport
Par Émilie Beaudoin-Paul
vendredi 22 septembre 2017
Le pouvoir des nouveaux atouts
Quartier Libre propose un aperçu de plusieurs joueurs recrues ou de deuxième année, qui auront une chance de s’illustrer au sein des différentes équipes des Carabins. Le tour d’horizon se poursuit cette semaine avec les deux équipes de rugby.

Alexandre Saint-Bonnet Entraîneur en chef

Alexandre_Saint-Bonnet

À la tête de l’équipe masculine depuis déjà six saisons, il entame la nouvelle année avec une confiance assumée en ses joueurs. « On doit progresser constamment, explique-t-il. L’important est de prendre du plaisir et que les joueurs continuent de se soutenir. » Un plan de match qui semble leur réussir, si l’on se fie à leur victoire par la marque de 31-0 lors du match d’ouverture contre le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke.

Noah Sloot Position centre et troisième ligne

Noah_Sloot3

Noah Sloot occupe la position de centre chez les Carabins. Le sportif de 21 ans a été formé au King’s College de Londres par des joueurs de la haute ligue, notamment le champion mondial en titre chez les moins de vingt ans, Nathan Morris. Il est confiant face à la saison qui se dessine devant lui. « J’ai appris à jouer au rugby en Angleterre, donc ça me permet d’apporter quelque chose de différent à l’équipe en matière de techniques, surtout en situation de mêlée », soutient-il.

Samuel Godissart Position centre

Samuel_Godissart2

La plus jeune recrue, Samuel Godissart, ne se laisse pas impressionner sur le terrain et peut faire pencher la balance, aux dires de son entraîneur. Le centre, tout juste âgé de 18 ans, s’estime chanceux de faire partie d’une équipe de cette renommée. « Je me sens privilégié d’avoir été choisi parmi tant de joueurs, confie-t-il. Je vais donner de ce que j’ai appris à Toulouse. » Celui qui porte le numéro 12 compte mettre sa rapidité et son sens des appuis au profit de l’équipe.

Michel François, entraîneur en chef de l’équipe féminine  

QL25#2_rugby3_Col_LMMartinez

M. François fait partie de l’organisation depuis son officialisation en 2012. Sa fierté se trouve dans la transformation de ses athlètes qui arrivent souvent d’autres sports avant d’intégrer le rugby avec les Carabins. Un de ses rêves en tant qu’entraîneur est de former des athlètes qui pourront un jour représenter leur pays lors de compétitions. Il se montre très enthousiaste face à la saison. « De toute évidence, on espère faire les séries, s’exclame-t-il. Pour nous, l’important, c’est de préparer la prochaine génération de Carabins à reprendre le flambeau ! » Des espoirs qui se concrétisent progressivement avec une équipe féminine qui se démontre énergique autant à l’attaque qu’à la défensive.

Marie-Li Lapierre, position aile vers l’arrière 

QL25#2_rugby1_Col_LMMartinez

Marie-Li Lapierre, 19 ans, fait ses débuts au rugby avec les Carabins cette année. « C’est un rêve devenu réalité », confie-t-elle. Auparavant mordue de flag football, elle a cumulé de nombreux titres tels que « Recrue de la saison » au Collège John-Abott, ainsi que celui de meilleure joueuse de son équipe l’année suivante. Michel François la décrit d’ailleurs comme une sportive à surveiller et pleine de promesses. Ses adversaires devront également l’avoir à l’œil puisqu’elle compte user de ses expériences passées, de sa vitesse et de ses talents en réception de passe.

Frédérique Camaraire, position aile vers l’arrière 

QL25#2_rugby2_Col_LMMartinez

Âgée de 19 ans, Frédérique a commencé le flag football à Saint-Jean-Sur-Richelieu, sa ville d’origine. Elle y a remporté les championnats provinciaux au secondaire, puis s’est valu une place avec ses coéquipières dans la meilleure division collégiale. La recrue, qui occupe la position d’aile arrière chez les Carabins, souhaite miser sur sa vitesse pour se démarquer. « Je dirais aussi que je suis habile lorsqu’il s’agit d’intercepter le ballon », opine-t-elle. Son entraîneur perçoit également tout son potentiel et prévient qu’elle peut surprendre par ses capacités.