Découvrir le surréalisme au féminin

icone Culture
Par Mylène Gagnon
mercredi 11 avril 2018
Découvrir le surréalisme au féminin
Sarah-Jeanne Beauchamp Houde et Béatrice Lefebvre-Côté (Crédit photo: Romeo Mocafico)
Sarah-Jeanne Beauchamp Houde et Béatrice Lefebvre-Côté (Crédit photo: Romeo Mocafico)
Dans le cadre du séminaire Écrits des femmes : xixe-xxie siècle, une dizaine d’étudiantes à la maîtrise et au doctorat en littératures de langue française se sont penchées sur le livre surréaliste écrit par des femmes, un pan moins connu du mouvement défini par André Breton dans son manifeste.
Ce qui est le propre de l’oubli, c’est tout un vaste pan de la production dans le domaine de l’écriture des femmes qui semblait valoir moins, qui semblait moins intéressant que les livres produits par les hommes.
Andrea Oberhuber, Professeure de littérature

Pour la première fois en trois ans de séminaire, la professeure de littérature Andrea Oberhuber propose une exposition comme projet de fin de session. « C’est probablement une expérience unique, pas parce que je n’apprécie pas, mais parce que ça implique énormément de travail, précise-t-elle. Les étudiantes sont très motivées, puisqu’elles apprennent autre chose que l’analyse d’une œuvre. »

Seules ou en équipe de deux, les étudiantes ont travaillé sur une œuvre surréaliste écrite par une femme et imagée par un homme ou une autre femme. « La collaboration dans le surréalisme est très fréquente, informe l’étudiante Sarah-Jeanne Beauchamp Houde. L’image et le texte n’ont pas de liens clairs entre eux, c’est donc l’inverse du texte illustré où l’image renvoie au texte et vice-versa. »

Les surréalistes étaient fascinés par tout ce qui était un peu irréel et proche de l’humain, mais qui le dépassait, comme les mannequins. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Les surréalistes étaient fascinés par tout ce qui était un peu irréel
et proche de l’humain, mais qui le dépassait, comme les mannequins. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

 

De l’origine du surréalisme

Le rêve, le merveilleux, le jeu et le refus de la raison sont caractéristiques du mouvement. Mme Oberhuber explique ce refus par l’expérience traumatisante de la Première Guerre mondiale qu’ont vécue André Breton et Louis Aragon alors qu’ils travaillaient comme médecins. « Breton fait une leçon à la société dans laquelle est implantée la raison et qui a mené à ce désastre de la guerre, poursuit-elle. Ils ont été témoin des délires et des hallucinations de grands blessés, ce qui leur a inspiré ces nouvelles façons d’organiser la pensée qui se sont répercutées dans l’écriture. »

Œuvres féminines

Ces caractéristiques se retrouvent dans l’œuvre de Claude Cahun et de Marcel Moore, Aveux non avenus. « Claude Cahun joue beaucoup avec les genres littéraires, déclare l’étudiante Marianne Martin. Son livre comprend des extraits de lettres, des poèmes et des essais. C’est très hétéroclite. » Quant au contenu de l’œuvre, l’étudiante explique que l’auteure écrit sur elle-même, mais de manière détournée puisqu’il s’agit de surréalisme. Ce sont des échos, des traces de sa vie. Ses textes sont accompagnés de photomontages qui la mettent en scène et dans lesquels elle singe les sexes. « Elle se déguise en poupée, en geisha et en homme avec son crâne rasé, énumère-t-elle. Son corps est souvent présenté comme morcelé. »

Claude Cahun aimait prendre des photos d'elle habillée en homme et avec le crâne rasé, à l'instar de ce mannequin. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Claude Cahun aimait prendre des photos d’elle habillée en homme et avec le crâne rasé, à l’instar de ce mannequin. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

L’étudiante Béatrice Lefebvre-Côté a, pour sa part, travaillé sur l’œuvre de Leonor Fini, une autre figure emblématique du surréalisme au féminin. « Un de ses contes raconte l’histoire de Mourmour, un chat mi-humain qui a des relations sexuelles avec sa mère, décrit-elle. Elle brise les limites des sujets qui peuvent être abordés sans chercher à produire du réel. » Ses peintures représentent des créatures hybrides dont des sphinx enceintes et des créatures mi-homme et mi-chat.

L'oeuvre de Leonor Fini. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

L’oeuvre de Leonor Fini. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Bien que le mouvement surréaliste se soit officiellement terminé à la mort d’André Breton, Béatrice admet que les chercheurs hésitent sur la datation. « La plupart des mouvements d’avant-garde vont proclamer leur mort, mais Breton est décédé avant, révèle-t-elle. Cela a laissé le champ libre à plusieurs personnes de se réclamer du surréalisme. » Béatrice affirme qu’il serait toutefois assez difficile de se réclamer de ce mouvement aujourd’hui, puisque la plupart des artistes surréalistes ont fait partie du cercle de la première génération et que la passation des idées a été interrompue.

Le rôle des femmes

Ce pendant féminin de la recherche est moins exploité que celui des hommes dont les noms d’André Breton, Paul Éluard et Louis Aragon ont été largement étudiés. Selon Mme Oberhuber, les raisons pour lesquelles le travail des femmes est moins connu sont multiples. « Ce qui est le propre de l’oubli, c’est tout un vaste pan de la production dans le domaine de l’écriture des femmes qui semblait valoir moins, qui semblait moins intéressant que les livres produits par les hommes », explique-t-elle.

Le journal de Frida Kahlo a été rédigé entre 1944 et 1954 et publié seulement en 1994, ce qui explique pourquoi les critiques ne s’étaient pas intéressés à son œuvre. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Le journal de Frida Kahlo a été rédigé entre 1944 et 1954 et publié seulement en 1994,
ce qui explique pourquoi les critiques ne s’étaient pas intéressés à son œuvre. (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Elle ajoute tout de même que certains ouvrages féminins épuisés n’ont pas été réédités en raison du caractère précieux de l’œuvre. « Le livre de Léonor Fini, par exemple, est un livre-objet à caractère plus ou moins unique, assure-t-elle. Il rassemble énormément d’images photographiques et de peintures, ce qui fait en sorte que l’impression est très coûteuse. »

Si les femmes ont moins été étudiées, elles ont pourtant joué un rôle clé dans la production d’œuvres surréalistes.     « C’est un mouvement qui a érigé la femme comme un objet d’inspiration, révèle Marianne. Il y avait une fascination pour le corps féminin. C’était comme une déité, une créature. »

La professeure affirme que ce rôle de muse a été la porte d’entrée la plus facile pour l’intégration des femmes au surréalisme. « C’est un rôle souvent assumé par les auteures, à l’exception de Leonor Fini et de Claude Cahun », précise-t-elle. Les étudiantes exposeront le fruit de leurs recherches à la Bibliothèque des lettres et sciences humaines du 11 avril au 4 mai.

Lettre de Frida Kahlo (Crédit photo: Romeo Mocafico)

Lettre de Frida Kahlo (Crédit photo: Romeo Mocafico)