Ces Français qui ont fondé les États-Unis

icone Culture
Par Ansou Kinty
mardi 27 mai 2014
Ces Français qui ont fondé les États-Unis
Le professeur François Furstenberg est un spécialiste de l'histoire américaine des 18e et 19e siècles. (Crédit photo: Courtoisie François Furstenberg)
Le professeur François Furstenberg est un spécialiste de l'histoire américaine des 18e et 19e siècles. (Crédit photo: Courtoisie François Furstenberg)

Ce mardi, dans le cadre des Belles Soirées de l’UdeM, le professeur agrégé à l’Université Johns Hopkins François Furstenberg tiendra une conférence sur le parcours de cinq Français qui ont participé à la fondation des États-Unis. Ceux-ci avaient gagné l’Amérique à la fin du 18e siècle, fuyant les massacres en France.

La conférence portera sur le sujet du livre de M. Furstenberg, Quand les États-Unis parlaient français, qui paraîtra au mois de juillet prochain. « Dans le livre, je suis cinq émigrés, qui étaient des aristocrates, des libéraux, qui étaient à la tête de la Révolution française, qui étaient tous dans l’Assemblée constituante américaine, dont deux en furent présidents et ont participé à la rédaction de la Constitution », explique le professeur d’histoire et spécialiste de la culture et de la politique américaine des 18e et 19e siècles.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld (Duc de Liancourt), Louis-Marie Vicomte de Noailles, Moreau de Saint-Méry et Constantin-François Chasseboeuf (Comte Volney) se sont installés à Philadelphie entre 1793 et 1797 « Lors de la Terreur, ils étaient obligés de quitter la France et de se refugier aux États-Unis », indique le conférencier.

Le parcours de ces cinq émigrés se terminera dans leur pays d’origine. « Ils repartent en France entre 1796 et 1798, souligne M. Furstenburg, qui a enseigné à l’UdeM pendant 10 ans. Lorsque les relations deviennent tendues entre les États-Unis et la France, ils sont rechassés de leur pays d’accueil. » Entre-temps, la situation politique française s’est stabilisée, ce qui a favorisé leur retour au bercail.

À travers l’expérience de ces cinq réfugiés, le professeur retrace aussi les liens entre la France et les États-Unis à l’époque.

cism

Quand les États-Unis parlaient français
27 mai 19 h 30
3200, Jean-Brillant
15 $ pour les étudiants