L’art autochtone à l’honneur

icone Culture
Par Jeanne Hourez
mercredi 20 septembre 2017
L’art autochtone à l’honneur
L'oeuvre Run and Hide de l'artiste Karl Chevrier fait partie du projet collectif AKI Odehi mené par Sonia Robertson, qui sera présenté dans le cadre de Je suis île / I am turtle. (Photo : Carmelle Adam)
L'oeuvre Run and Hide de l'artiste Karl Chevrier fait partie du projet collectif AKI Odehi mené par Sonia Robertson, qui sera présenté dans le cadre de Je suis île / I am turtle. (Photo : Carmelle Adam)
Le vernissage de l’exposition Je suis île / I am turtle a eu lieu le 19 septembre dernier. Organisée par quatre doctorantes en histoire de l’art ou en littérature comparée et supervisée par la professeure au Département d’histoire de l’art Louise Vigneault, l’exposition vise à représenter la voix des autochtones.
La priorité est d’ouvrir et de décloisonner les murs de l’Université afin de ne pas rester un simple lieu où l’on réfléchit sans agir. »
Louise Vigneault Professeure au Département d’histoire de l’art

Si les célébrations du 375e anniversaire de Montréal ont servi de point de départ à l’élaboration de l’exposition, les étudiantes ont ensuite voulu aller plus loin. « Bien que la diversité soit la thématique principale de cet événement, on a trouvé que les voix autochtones étaient très peu ou, du moins, pas assez représentées compte tenu du fait que c’est une célébration de la rencontre entre les colonisateurs et les autochtones », confie la doctorante en histoire de l’art et coorganisatrice Gabrielle Marcoux.

Représenter les voix autochtones

En marge de cette exposition se tiendront une soirée de récits le 5 octobre ainsi qu’un colloque les 6 et 7 octobre. Ces trois pans du projet permettront d’aborder différents modes de création et d’expression des voix des autochtones. « Il y a un an, il y avait peu de manifestations concernant les autochtones, raconte la doctorante en histoire de l’art et coorganisatrice Julie Graff. Depuis, il y a eu une grande effervescence autour du sujet et beaucoup de projets se sont greffés à notre programmation. »

Dès le début du projet, l’entraide avec les étudiants autochtones de l’UdeM, notamment avec le cercle Ok8APi et le Salon Uatik, a été très forte, surtout afin de ne pas empiéter sur leurs activités. Bien que peu impliqués dans la création même du projet, ils ont malgré tout participé à la planification des communications pour la promotion des différentes manifestations.

Recréer un lieu de carrefour

Le choix du titre Je suis île / I am turtle s’est fait à l’aide de deux citations d’auteurs différents, Jean Sioui et Peter Blue Cloud, afin de transmettre plusieurs idées. « Selon les communautés autochtones, Montréal est considérée comme un lieu de carrefour culturel et de rassemblement », explique la professeure Louise Vigneault. Elle ajoute que ce choix est une manière de faire allusion à la cosmogonie iroquoienne, selon laquelle l’humanité serait née sur le dos d’une tortue, sans pour autant figer l’évocation dans un lieu précis étant donné la provenance diverse des artistes exposés. « Nous voulons recréer ce lieu de carrefour et souhaitons également que l’UdeM devienne un lieu d’échange interculturel et de remise en question, confie-t-elle. La priorité est donc d’ouvrir et de décloisonner les murs de l’Université afin de ne pas rester un simple lieu où l’on réfléchit sans agir. »

Construire des ponts entre les différents milieux

Le but de ce projet est de reconsidérer de façon critique la présence ou l’absence dans les milieux urbains de représentations autochtones. Julie Graff rappelle qu’en dépit de la sous-représentation de ces milieux, la moitié des autochtones du Canada y vivent. « C’est pourquoi nous avons invité des artistes vivant en milieu urbain, mais pas seulement à Montréal, complète Mme Vigneault. Dans la culture autochtone, il y a l’éclatement disciplinaire. C’est pourquoi nous verrons dans l’exposition que les barrières disciplinaires ne tiennent plus. »

D’abord entrées en contact avec l’artiste atikamekw Eruoma Awashish, les étudiantes ont ensuite eu l’occasion de rencontrer le collectif ITWÉ, qui réunit trois artistes basés à Winnipeg et à Montréal. L’un des mandats de ce collectif est de construire des ponts entre le milieu urbain et la réserve, ce qui correspond au thème de l’exposition. D’autres invités, comme l’Ethnolab de Concordia, le Wapikoni mobile ou l’artiste innue Sonia Robertson, graviteront autour de l’événement. Plusieurs publications critiques ou littéraires seront lancées, en partenariat avec la nouvelle maison d’édition autochtone Hannenorak ainsi qu’avec les Presses de l’Université de Montréal.