Tour des promesses électorales – Le Parti Vert du Canada

icone Societe
Par Amélie Gamache
jeudi 17 septembre 2015
Tour des promesses électorales - Le Parti Vert du Canada
Logo du Parti Vert
Logo du Parti Vert
Quartier Libre vous présente un survol des engagements d’un des principaux partis sur les enjeux qui touchent la communauté universitaire chaque jeudi, jusqu’aux élections fédérales. Cette semaine : le Parti Vert du Canada (PVC).

Le parti mené par Elizabeth May se défend d’être le parti d’une seule cause, et propose un programme[1] axé sur quatre enjeux principaux : l’économie, les communautés, le gouvernement et le climat.

« Une des grandes préoccupations du Parti Vert, c’est l’endettement étudiant, affirme le candidat dans Ville-Marie Daniel Green[2]. Une dette pouvant atteindre 60 000 $, c’est un fardeau important pour un jeune, mais cela affecte aussi l’accès aux études supérieures» Le parti propose un régime pour faire pardonner la dette étudiante, rétroactivement. Il promet aussi, à court terme, d’offrir des prêts étudiants sans intérêt. Sa vision à long terme est plus audacieuse : il compte établir la gratuité scolaire pour toute l’éducation post-secondaire.

Le parti suggère aussi l’interdiction des stages non-payés. « On pense que si quelqu’un travaille et emmène une plus-value à une compagnie, il doit être rémunéré », dit M. Green. Afin de permettre aux jeunes d’avoir accès au marché du travail, le programme prévoit  l’établissement d’un fonds et d’un programme d’emploi. Selon le candidat, ce dispositif « permettra d’offrir aux jeunes diplômés des emplois dans le secteur de l’environnement et des nouvelles technologies ».

Les Verts s’engagent aussi à rétablir le financement de la recherche publique et à remplacer le mode de scrutin actuel par un mode proportionnel. Sur le plan environnemental, il s’engage à s’élever contre tout nouveau projet d’exportation de bitume brut et à stopper l’expansion des sables bitumineux.

Pour financer ses promesses,  le parti prévoit augmenter le taux d’imposition des grandes entreprises, éliminer les paradis fiscaux et certains crédits d’impôts, taxer la pollution, et accroître les redevances sur l’exploitation des ressources.

Un changement de cap majeur.

[1] Hyperlien : https://www.greenparty.ca/sites/default/files/plateforme_francais.pdf

[2] Hyperlien : https://www.greenparty.ca/fr/riding/2013-24077