« Tasses à puce » réutilisables chez Valère

icone Campus
Par Marianne Castelan
mercredi 24 avril 2019
« Tasses à puce » réutilisables chez Valère
L'abonnement à ce service coûte 10 dollars par année. Photo : courtoisie Canotogo par Alex Godbout Simard
L'abonnement à ce service coûte 10 dollars par année. Photo : courtoisie Canotogo par Alex Godbout Simard
À partir du 1er mai prochain, les membres de la communauté udemienne pourront emprunter des tasses et des contenants à repas réutilisables chez Valère. L’entreprise qui a développé cette technologie a été fondée par un ancien étudiant de l’Université, Marco Gartenhaus.

Le fondateur de Canotogo compare le fonctionnement des contenants réutilisables au système des Bixi. « Quand nos abonnés arrivent à la caisse et qu’ils demandent une de nos tasses, ils ont juste à scanner leur porte-clés, scanner la tasse, et on sait qu’ils sont partis avec », explique-t-il.

Pour rendre le contenant une fois utilisé, l’emprunteur doit le déposer dans un des bacs mis à disposition par l’entreprise. « Ils vont être placés à plusieurs endroits du campus, comme aux entrées et aux sorties des bâtiments, ou encore dans différents cafés étudiants, développe le fondateur, qui précise que les contenants réutilisables peuvent être rapportés dans n’importe quel bac. « On voulait créer un système qui soit aussi simple que le système jetable, mais qui soit réutilisable », résume ce dernier.

Des contenants réutilisables

M. Gartenhaus précise que pour avoir un effet écologique positif, les tasses et les contenants conçus par l’entreprise doivent être réutilisés au moins une centaine de fois. Grâce aux puces électroniques présentes dans les tasses, l’entreprise peut savoir si celles-ci ont bien été rendues. « Si les gens ne rapportent pas leur tasse, le système les bloque, et ils ne peuvent pas en prendre d’autre », dit-il.

Plusieurs centaines de tasses et autres contenants réutilisables seront disponibles chez Valère à partir du 1er mai. Pour avoir accès à ce service, il faudra débourser dix dollars par année, qui s’accompagneront d’un nombre d’emprunts de contenants illimité.