Société-Monde

Réinventer le couvent

Le bâtiment, classé édifice patrimonial, abrite à la fois des résidences qui logeront 600 étudiants, des salons communs et une grande salle de lecture aménagée dans l’ancienne chapelle de l’Invention-de-la-Sainte-Croix.

Déjà, ces nouvelles résidences universitaires semblent avoir la cote auprès des étudiants. «Le taux d’inscription est presque de 100 %», signale Clarence Epstein, directeur principal des relations culturelles et urbaines de l’Université Concordia.

C’est l’architecte Robert Magne qui a créé le plan de restauration de l’édifice pour le remettre au goût du jour, tout en conservant le cachet de l’époque. Par exemple, les chaises de la salle communautaire sont celles sur lesquelles s’assoyaient les sœurs, et le plancher de bois franc issu de la forêt qui couvrait autrefois le domaine est demeuré intact.

Le pavillon — qui a déjà accueilli la Faculté de sciences infirmières de l’UdeM — abritait déjà quelque 280 étudiants avant, de même que 150 sœurs qui y résidaient à l’année. En plus de permettre au bâtiment historique de conserver sa vocation publique, son réemploi en éducation semble être la suite naturelle de sa mission.

Partager cet article