Parc-X Trio en France

icone Culture
Par Catherine Gentilcore
mardi 7 février 2012
Parc-X Trio en France

Deux musiciens du groupe de jazz Parc-X Trio fraîchement diplômés de l’UdeM parcourent actuellement la France afin de s’y faire un nom. En plus d’établir de précieux contacts en vue d’une carrière européenne, ils s’adonnent à leur plus grand plaisir : faire de la scène et promouvoir leurs compositions auprès d’un public nouveau.

Le groupe de jazz Parc-X Trio sillonne actuellement la France (Crédit photo : Justin Desforges).

« La réaction des gens ici dépasse toutes nos attentes. Ils sont réceptifs et se sont préparés à notre arrivée en visionnant les vidéos sur notre site Internet», lance le contrebassiste Alex Lefaivre, rejoint au téléphone d’un café Internet de la petite ville française de Beaune. Il voyage en compagnie de Gabriel Vinuela- Pelletier, le pianiste, mais sans Mark Nelson, leur batteur, parce qu’ils n’ont pu obtenir suffisamment de financement pour s’y rendre les trois ensemble.

«Nous sommes soutenus par les Offices jeunesse internationaux du Québec, mais nous devons quand même débourser une bonne partie des dépenses, ajoute Alex Lefaivre. Ce n’est pas facile de se trouver du financement et, comme au départ nous n’étions pas censés jouer, la présence de Mark n’était pas requise.» À l’origine, le groupe ne devait que rencontrer certains directeurs de festivals et responsables de maison de disques et assister au Bis de Nantes, l’événement bisannuel des professionnels du spectacle.

cism

«C’est notre agente, Charlotte Colin, qui a pu nous trouver quelques dates de spectacles à la dernière minute. On est vraiment contents de pouvoir jouer même si on est juste tous les deux», rajoute le contrebassiste.

Il mentionne toutefois que, bien que leur batteur constitue un membre important du groupe, ils ne se sentaient pas du tout déstabilisés par l’expérience de jouer à deux. «Nous avons fondé le groupe tous les deux et Mark s’y est greffé ensuite. Nous sommes habitués de jouer en duo et, bien qu’on aurait aimé qu’il soit là, ça nous plaît aussi de jouer selon une formule plus intime.» Ayant bon espoir de retourner en Europe sous peu en formule trio, le musicien affirme que plusieurs engagements sont possibles. «Plusieurs festivals sont intéressés à nous avoir, et le public réagit vraiment positivement à notre musique. Plusieurs sont venus nous dire qu’ils n’aimaient pas particulièrement le jazz, mais que ce qu’on faisait, ça venait les chercher. C’est un beau cadeau.»

Le duo s’est produit dans de petits restos-bars s’apparentant au Upstairs Jazz Bar & Grill de la rue Mackay, à Montréal. Contenant de 50 à 60 places, ces lieux, comme le 120 à Chalon-sur- Saône ou Le Pavé dans la mare à Fontaine-lès- Dijon accueillent fréquemment des ensembles musicaux. « Le Bistrot Bourguignon à Beaune, où nous avons aussi joué, a déjà accueilli Kenny Baron et Stacey Kent, deux musiciens jazz américains reconnus », affirme Alex.

Entrepreneurs dans l’âme

Titulaires tous deux d’un baccalauréat en musique interprétation jazz de l’UdeM, Alex Lefaivre et Gabriel Vinuela-Pelletier s’avèrent également des entrepreneurs fonceurs. Ils ont mis sur pied leur propre compagnie de promotion, d’édition et de diffusion musicale, en plus d’une maison de disques indépendante, Multiple Chord Music (MCM). Récemment, ils ont pris sous leur aile Marjorie Fiset, bachelière en chant jazz de l’UdeM. Son premier album, Janvier achève, est sorti le 31 janvier dernier.