La FEUQ change de président

icone Societe
Par Ludivine Maggi
lundi 5 mai 2014
La FEUQ change de président
Comme chaque année, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) change de président. (Crédit photo: Facebook)
Comme chaque année, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) change de président. (Crédit photo: Facebook)

L’étudiant en urbanisme à l’UQAM Jonathan Bouchard est devenu le nouveau président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) le 1er mai dernier. Si le gouvernement libéral veut assurer la continuité de l’indexation des frais de scolarité, la FEUQ, elle, réclame toujours le gel.

« On va continuer à demander le gel même si l’indexation se poursuit », affirme le nouveau président. Élu par les délégués de la Fédération à la suite de l’assemblée générale de la FEUQ le 30 mars dernier, l’ancien vice-président aux affaires universitaires, Jonathan Bouchard, succède à Thierry Morel-Laforce.

L’organisation a demandé une entrevue avec le nouveau ministre libéral de l’Éducation, Yves Bolduc, mais à ce jour aucun réponse n’a été reçue. « Nous prévoyons de rencontrer le ministre pour connaître ses priorités avec la jeunesse et l’éducation », avance le président. Même si l’entrevue n’a pas encore eu lieu, la FEUQ a des attentes à l’égard de M. Bolduc. « On veut qu’il fasse preuve d’ouverture et qu’il soit prêt à nous écouter », soutient-il.

Durant sa présidence, l’étudiant en urbanisme poursuivra les grands dossiers de son prédécesseur. « On veut s’assurer que les conclusions sur les chantiers soient suivies, comme la mise en place du Conseil national des universités, explique le président de la FEUQ. D’ailleurs, M. Bolduc s’est montré favorable à sa création. La question de la grille de financement sera aussi abordée. On a hâte de voir ses annonces. »

Quant au regroupement du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Bouchard estime que la fusion des deux pourrait être difficile à gérer. « C’est une grosse tâche pour un seul ministre », avoue-t-il. Bien qu’une seule personne soit nommée à la tête des deux, le président de la FEUQ se dit toutefois rassuré que les deux institutions soient encore des entités distinctes.

cism