Hany Ouichou : de produire pour vivre à vivre pour produire

icone Culture
Par Louis-Philip Pontbriand
mercredi 27 novembre 2019
Hany Ouichou : de produire pour vivre à vivre pour produire
Les Barbares de La Malbaie est le quatrième long métrage produit par Hany Ouichou. Photo : Entract films
Les Barbares de La Malbaie est le quatrième long métrage produit par Hany Ouichou. Photo : Entract films
Le film de hockey Les Barbares de La Malbaie, réalisé par Vincent Biron et produit par un diplômé de l’UdeM, Hany Ouichou, a pris l’affiche le 22 novembre dernier. M. Ouichou cumule une vingtaine de films à son actif en tant que producteur. Quartier Libre s’est entretenu avec lui.

Quartier Libre (Q.L.) : Quel a été votre parcours d’études à l’UdeM ?

Hany Ouichou (H.O.) : J’ai fait une année dans le programme de majeure en études cinématographiques, avant de passer au baccalauréat en cinéma, que j’ai terminé en 2009. Mais je n’ai pas payé tous mes frais de retard à la bibliothèque, donc il ne faut pas le dire ! C’est une blague !

Q.L. : Quel a été votre motif de prendre le chemin de la production cinématographique, plutôt que la réalisation ou l’écriture, par exemple ?

H.O. : Au départ, c’était vraiment pour manger et payer le loyer que j’ai commencé comme coordonnateur de production. Je comptais initialement produire les films que j’allais réaliser moi-même. Avec le temps, j’ai découvert le métier de producteur et j’y ai pris goût. Je ne voudrais pas en changer, même si je trouve ça difficile parfois.

Q.L. : Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites allusion ?

cism

H.O. : Ça demande un gros investissement au niveau du temps, mais aussi un investissement émotionnel et financier. Il faut porter de multiples chapeaux. Ce que j’aime dans ce métier, c’est qu’il est très diversifié, mais il est également difficile de devoir tout maîtriser. C’est tout un défi d’avoir une carrière de producteur.

Q.L. : Que vous ont apporté vos études de cinéma ?

H.O. : Une des choses que j’ai le plus appréciées de ma formation à l’UdeM est qu’elle m’a donné un bagage important, qui m’a beaucoup servi et qui me sert encore. J’ai été très assidu dans mes cours : histoire du cinéma, analyse filmique et ainsi de suite. J’ai appris à regarder les films et je me suis construit une petite réflexion sur le médium du cinéma. Avoir une bonne culture cinématographique est un atout important.

Q.L. : Quels conseils auriez-vous pour les étudiants qui aimeraient se lancer dans la production cinématographique ?

H.O. : Je leur conseillerais de travailler quelque temps aux côtés de quelqu’un d’expérience, d’avoir à la fois l’humilité d’apprendre et assez d’orgueil pour se lancer ensuite. Il ne faut pas avoir peur d’être audacieux, parce qu’il y a beaucoup de concurrence dans le métier. Ceux qui seront les plus extraordinaires, dans le sens le plus littéral du terme, sont ceux qui vont le mieux se démarquer et réussir.

 

Hany Ouichou a grandi au Maroc jusqu'à l'âge de 17 ans, avant d'émigrer au Canada pour entreprendre ses études universitaires. Crédit : courtoisie

Hany Ouichou a grandi au Maroc jusqu’à l’âge de 17 ans, avant d’émigrer au Canada pour entreprendre ses études universitaires. Crédit : Éva-Maude TC