Gros plan sur… l’application Chrono pour des séances d’études efficaces

icone Societe
Par Paul Fontaine
lundi 4 avril 2022
Gros plan sur… l’application Chrono pour des séances d’études efficaces
Photo : Aaron Burden sur unsplash.com, CC.
Photo : Aaron Burden sur unsplash.com, CC.

Lancée le 26 janvier dernier, l’application Web Chrono permet gratuitement aux étudiant·e·s d’organiser leurs séances d’études sous le sceau de l’efficacité. Développé par la chercheuse du Tech3Lab à HEC Montréal Élise Labonté-Lemoyne et l’organisme Thèsez-vous, cet outil s’inscrit dans un programme de recherche pour soutenir la persévérance et la réussite aux cycles supérieurs.

Alors que les multiples dates de remise de travaux arrivent à échéance, que les examens finaux approchent à grands pas et que les thèses et les mémoires peinent à être rédigés, la tentation de procrastiner peut en séduire plus d’un·e. Pour lutter contre la baisse de motivation qui survient durant la fin de session et dans les derniers kilomètres d’une maîtrise ou d’un doctorat, l’application Web Chrono propose aux étudiant·e·s un environnement de travail en ligne inspiré des espaces de coworking et de la méthode Pomodoro.

Une tomate à la fois

La méthode Pomodoro (« tomate » en italien, en référence aux minuteurs de cuisine de cette forme) consiste à diviser un long projet en plusieurs petites tâches, également appelées « tomates ». Après chaque tâche accomplie, les utilisateur·trice·s de la plateforme prennent une courte pause afin d’assurer une meilleure assimilation du travail effectué.

Ils et elles sont donc invité·e·s à se fixer des objectifs de travail à accomplir en 50 minutes, au terme desquelles une pause de 10 minutes leur est accordée. Pour celles et ceux en manquent d’inspiration, un générateur d’objectifs propose de courtes tâches ludiques telles que « Résumer mon paragraphe avec des emojis » ou « Faire semblant d’avoir des marionnettes et expliquer à des enfants son projet ».

cism

Pour éviter d’être distrait·e·s par des pensées impromptues et éphémères, un bloc-notes est mis à la disposition des étudiant·e·s. Ces notes sont inaccessibles pendant toute la séance de travail et ne peuvent être consultées que lors des pauses, une fois qu’une « tomate » est terminée.

Les bienfaits des groupes de travail

Contrairement aux autres applications de gestion de temps, Chrono s’inspire des espaces de coworking en connectant tous les utilisateur·trice·s de la plateforme entre eux et elles. Par exemple, au cours des pauses, ils et elles peuvent clavarder ensemble pour s’entraider et socialiser. Les étudiant·e·s évitent ainsi de s’adonner à des activités qui perturberaient leur concentration, comme naviguer sur les réseaux sociaux. De même, une mappemonde permet de situer toutes les personnes connectées en temps réel.

Selon la fiche du projet Chrono, cette approche communautaire permettrait de retrouver l’ambiance des retraites de rédaction offertes par l’organisme Thèsez-vous. Ces séjours de trois jours réunissent une quarantaine d’étudiant·e·s du Québec inscrit·e·s aux cycles supérieurs, qui se consacrent à la rédaction de leur thèse loin des distractions des centres urbains. Ainsi, Chrono propose une version en ligne des retraites de rédaction afin de briser le sentiment d’isolement et de créer un lien d’appartenance entre ses utilisateur·trice·s. Travailler de la maison, mais ensemble.

Des effets bénéfiques prometteurs

La plateforme est également l’objet d’un projet de recherche mené par la chercheuse du Tech3Lab à HEC Montréal Élise Labonté-Lemoyne. Financée par les Fonds de recherche du Québec, cette étude tente d’évaluer l’efficacité d’une application numérique telle que Chrono pour la formation à distance et pour le développement de saines habitudes de travail. Les résultats préliminaires de cette recherche indiquent déjà des effets bénéfiques sur la concentration des étudiant·e·s et sur leur sentiment de bien-être, selon la fiche du projet.