Du 7 au 11 novembre à l’UdeM, «L’important c’est d’agir»

icone Campus
Par Alexia Boyer
lundi 7 novembre 2022
Du 7 au 11 novembre à l’UdeM, «L’important c’est d’agir»
Le Bureau du respect de la personne de l’UdeM organise une nouvelle édition de la Semaine de prévention des violences à caractères sexuels du 7 au 11 novembre prochains. À cette occasion, plusieurs animations seront organisées pour informer la communauté universitaire.

Depuis plusieurs années, le Bureau du respect de la personne (BRP) de l’UdeM organise une Semaine de prévention des violences à caractères sexuels. Après les thématiques comme «Non à la culpabilisation de la victime» ou «Droits, recours légaux et ressources en matière de violence sexuelle», l’événement revient cette année avec pour slogan «L’important c’est d’agir». «Cette année, nous souhaitons interpeller l’ensemble de la communauté universitaire sur la nécessité d’agir lorsque l’on est témoin d’une violence à caractère sexuel», explique la conseillère au BRP Cécile Simon, également responsable de cette semaine de prévention.

«L’important c’est d’agir», est aussi le nom de la nouvelle formation en ligne de l’Université, qui a pour objectif d’outiller la communauté de l’UdeM pour agir à titre de témoin actif afin de prévenir une situation de violence à caractère sexuel. Les membres de la communauté étudiante peuvent y accéder sur Studium, et elle est proposée avec des sous-titres en français ou en anglais.

Pourquoi une semaine de sensibilisation?

 «Les violences à caractère sexuel concernent l’ensemble de la communauté, précise Mme Simon. Personne n’est à l’abri d’en commettre ou d’en subir et c’est important que, comme membre de la communauté, il ou elle puisse contribuer à faire de l’UdeM un environnement sain.»

Programmation

 Le Ciné-Campus projettera le documentaire Je vous salue salope : la misogynie au temps du numérique, qui met en avant plusieurs femmes victimes de cyberharcèlement. Parmi elles, l’ancienne étudiante de l’UdeM Laurence Gratton, qui témoigne du harcèlement qu’elle a subi de la part d’un étudiant de sa cohorte.

Les séances auront lieu les 8 et 9 novembre à 16 h 45, 18 h 40 et 21 h 05 au Centre d’essai du Pavillon J.-A.-DeSève. Exceptionnellement, l’entrée sera gratuite pour la communauté de l’UdeM. Elle coûtera en revanche 5 $ pour les étudiant·e·s d’autres universités et 6 $ pour le grand public.

La coréalisatrice du film Guylaine Marois sera présente à la projection de 18 h 40 pour échanger avec le public, dans le cadre de la campagne #StopLesCyberviolences.

La réservation est conseillée auprès du Ciné-Campus.

Le BRP et la FAÉCUM tiendront deux kiosques afin d’informer et de sensibiliser la communauté universitaire :

  • Mercredi 9 novembre de 11 h à 14 h au pavillon Jean-Brillant;
  • Jeudi 10 novembre de 11 h à 14 h au CEPSUM.

Les participant·e·s peuvent tester leurs connaissances sur les violences à caractère sexuel grâce à un jeu-questionnaire numérique et courir la chance de gagner des cartes-cadeau d’une valeur de 50 $ valables dans la Librairie de l’UdeM.

Les détails de la programmation se trouvent sur le site du BRP.

Approfondir la thématique avec Quartier Libre

Dans son numéro d’octobre 2022, Quartier Libre enquête sur la lutte contre le cyberharcèlement, notamment celui à caractère sexuel, à l’UdeM. Cet article, intitulé «Cyberharcèlement : où en est l’UdeM?», donne la parole, entre autres, au BRP, à la coréalisatrice du film Je vous salue salope : la misogynie au temps du numérique Guylaine Marois et à une ancienne étudiante de l’UdeM victime de cyberharcèlement, Laurence Gratton, qui apparait dans le documentaire. Lire l’article.

Guylaine Marois a également répondu aux questions de Quartier Libre sur sa démarche de mise en lumière du cyberharcèlement lors d’une entrevue radio. Pour l’écouter, consulter l’émission du 7 octobre à partir de la 22e minute, sur le site de CISM.