Quartier Libre
Facebook Twitter Instagram LinkedIn FAÉCUM

Dimanche Déplogue

icone Culture
Par Mathieu Mireault
mardi 24 janvier 2012
Dimanche Déplogue

Le chanteur alternatif Peter Peter raconte ses problèmes d’alcool sur scène entre deux chansons.Les rappeurs Ken-Lo et Odgen offrent une performance de slam, sans musique. Le groupe hip-pop Random Recipe concocte une fête pyjama. Il semble y avoir une seule constante pour les 5 à 7 hebdomadaires Dimanche Déplogue au Quai des Brumes : les artistes surprennent les spectateurs.

Jean-Philippe Tremblay invite la crème des artistes alternatifs tous les dimanches au Quai des brumes (Crédit photo : Mathieu Mireault).

«On veut que l’artiste et le spectateur puissent se rencontrer en toute intimité, explique Jean-Philippe Tremblay, l’organisateur de ces soirées qui fonctionnent par contribution volontaire. Le but des soirées Déplogue est de rendre plus accessible au public des artistes alternatifs qui sont habitués de jouer dans des salles de spectacle plus grandes.»

Malgré le titre de la soirée, les artistes invités au Quai des Brumes ne doivent pas faire une performance acoustique. Au contraire, les artistes sont même encouragés à expérimenter de nouvelles avenues pour surprendre le public. Ils doivent simplement alléger leur répertoire et offrir une performance minimaliste avec le moins de support visuel possible.

La formule «Déplogue» permet aux spectateurs de redécouvrir l’oeuvre des artistes du moment. Dans un Quai des Brumes presque bondé le dimanche 15 janvier dernier, Peter Peter a hypnotisé le public avec sa pop électro planante. Une semaine avant, Ogden et KenLo, deux rappeurs connus pour leur collaboration avec Alaclair Ensemble, avaient mis le feu au public avec leur poésie déconcertante.

Sentiment d’appartenance

Jean-Philippe Tremblay croit que le Quai des Brumes est le seul bar qui puisse accueillir ce genre de soirées. «Le Quai des Brumes a un statut spécial. Les gens ne le voient pas comme un simple bar de quartier, mais comme “leur” bar de quartier», ajoute-t-il.

Charles Blondeau, batteur pour le groupe de musique Erewhon et adepte du bar, soutient le point de vue de Tremblay. «Pour plusieurs groupes de la scène émergente, le Quai des Brumes représente une deuxième maison. Si vous êtes une femme, le Quai est un excellent bar pour rencontrer des artistes», plaisante-t-il.