ASTROLITH: entre Terre et Lune depuis Polytechnique

icone Campus
Par Mohammed Aziz Mestiri
mercredi 7 février 2024
ASTROLITH: entre Terre et Lune depuis Polytechnique
Sur un budget de 300 millions de dollars, Polytechnique Montréal en alloue 100 millions à la recherche. Photo: Luke Stackpoole
Sur un budget de 300 millions de dollars, Polytechnique Montréal en alloue 100 millions à la recherche. Photo: Luke Stackpoole
Le Canada compte désormais sa première unité de recherche dédiée au développement du génie lunaire, une création de Polytechnique Montréal.

Baptisée ASTROLITH, la nouvelle unité de recherche réunit des spécialistes de tous les départements de l’école affiliée à l’Université de Montréal (UdeM). Elle compte aussi des membres externes, certain·e·s en provenance de l’Agence spatiale canadienne et du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

« En regroupant ces personnes autour de projets liés au génie spatial et lunaire, on crée un levier impressionnant pour stimuler la recherche et développer des technologies pérennes au Canada », déclare par voie de communiqué le cofondateur d’ASTROLITH et professeur titulaire de génie informatique, Giovanni Beltrame. Il sera le premier directeur du groupe, pour un mandat de deux ans.

L’équipe se penchera ainsi sur l’exploration de la Lune, mais aussi sur celle de l’espace entre la Terre et son satellite naturel. Le développement de technologies de pointe sera l’un des principaux objectifs de l’unité, pour servir les infrastructures et l’exploitation des ressources cislunaires et spatiales.

Les spécialistes offriront aussi des formations aux étudiant·e·s de cycles supérieurs dans le domaine spatial, et étudieront les aspects économiques et environnementaux des technologies de ce secteur.

Les 15 membres fondateur·rice·s s’attellent déjà au développement d’outils adaptés aux environnements extrêmes, tels que des habitats, des instruments de communication et des systèmes robotiques.