Action communautaire : de la théorie à la pratique

icone Campus
Par Élom Defly
vendredi 12 avril 2013
Action communautaire : de la théorie à la pratique
Dans le cadre du cours sur l'intervention communautaire des étudiants de l'École de service social organiseront la Foire de l'action communaire le 24 avril prochain. (Crédit photo: courtoisie Gabriel Gorry)
Dans le cadre du cours sur l'intervention communautaire des étudiants de l'École de service social organiseront la Foire de l'action communaire le 24 avril prochain. (Crédit photo: courtoisie Gabriel Gorry)

Des étudiants de l’École de service social de l’UdeM organiseront le 24 avril prochain la Foire de l’action communautaire. Cette foire qui se tiendra au deuxième étage du pavillon Jean-Brillant sera l’occasion pour ces étudiants de sensibiliser la communauté universitaire aux enjeux de l’action communautaire.

C’est sous la supervision de la professeure adjointe à l’École de service social Annie Fontaine qu’environ 90 étudiants inscrits au cours sur l’intervention communautaire participeront à l’organisation de la Foire.

Concrètement, pendant la foire, des équipes de 5 à 8 étudiants géreront chacune un kiosque. « Chaque kiosque représentera un organisme communautaire qui s’occupe de projets sociaux portant, entre autres, sur l’immigration, la violence conjugale, la toxicomanie ou encore la déficience intellectuelle, explique le responsable du comité média de la Foire de l’action communautaire, Gabriel Gorry. Moi, mon kiosque est un projet sur les autochtones. »

Gabriel Gorry a sa propre conception de la vision communautaire. « C’est l’art de considérer les problèmes vécus individuellement par des gens d’une communauté comme étant de nature collective, explique-t-il. L’action communautaire consiste à faire comprendre à ces gens qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation, puis à engendrer un mouvement collectif pour résoudre leurs problèmes. »

Pour organiser la Foire de l’action communautaire, les étudiants ont reçu une aide financière de l’Association étudiante de service social de l’UdeM (AESSUM), et ont également puisé dans leurs propres poches.

cism

Les organisateurs espèrent que les étudiants de l’UdeM se déplaceront en grand nombre pour en apprendre plus sur les problèmes sociaux, et sur les organismes communautaires qui luttent contre ces problèmes.