Un retour en grand

icone Campus
Par Emeline Andreani
mercredi 7 septembre 2016
Un retour en grand
Les nageuses Sandrine Mainville, Chantal van Landeghem, Taylor Ruck et Penny Oleksiak ont remporté le bronze aux jeux de Rio au relais 4x100m style libre. Courtoisie Comité Olympique Canadien
Les nageuses Sandrine Mainville, Chantal van Landeghem, Taylor Ruck et Penny Oleksiak ont remporté le bronze aux jeux de Rio au relais 4x100m style libre. Courtoisie Comité Olympique Canadien
Deux nageuses de l’UdeM ont remporté une médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Rio en août dernier. Une fierté pour les Carabins, mais aussi un exploit qui n’avait pas été accompli par une Canadienne depuis près de 20 ans.

Avec un temps final de 03:32,89, l’étudiante au baccalauréat en droit Sandrine Mainville se hisse, avec son équipe, sur la troisième marche du podium pour le 4X100 m relais style libre. Même son de cloche pour l’étudiante au baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire Katerine Savard qui remporte, avec ses coéquipières, le bronze avec un temps de 07:45,39 pour le 4X200 m relais style libre.

Des performances remarquables, d’autant plus qu’aucune nageuse canadienne n’avait remporté de médaille olympique depuis les jeux de Séoul en 1988. « Quand on a remporté notre première médaille, je me suis rendue compte que nous aussi on pouvait en gagner, que le Canada pouvait en gagner, que les femmes pouvaient en gagner et ça nous a donné de l’énergie pour finir sur le podium », explique Katerine Savard.

Un gain pour les Carabins

Toutes deux inscrites à l’UdeM, Katerine et Sandrine ont ainsi représenté les Carabins lors des ces jeux. Même si les athlètes ne s’entraîneront pas avec les membres de l’équipe, elles nageront à leurs côtés lors des coupes universitaires. Une fierté pour l’entraîneur des Bleus, Pierre Lamy, qui pense que, même si les médailles n’ont pas d’influence directe sur l’équipe, elles auront toutefois un effet favorable sur le mental. « Faire du relais avec des médaillées olympiques je pense que ça peut aider, souligne-t-il. C’est une motivation supplémentaire pour essayer de performer un peu plus. »  

Dès la rentrée, les deux médaillées reprendront donc les entraînements en vue des championnats qu’elles disputeront auprès des Carabins. Si Katerine Savard continue à s’entraîner dans son club civil à Montréal, Sandrine Mainville quitte quant à elle le centre national de Toronto pour revenir dans la métropole québécoise. Pour le moment, la nageuse n’a pas encore pris de décision concernant le club où elle s’entrainera.

Par ailleurs, Sandrine espère que ses résultats aux JO, ainsi que ceux de Katerine, joueront dans la balance pour faire rouvrir le centre d’entraînement national de Montréal, fermé en 2014. « C’était l’une des grosses raisons pour laquelle j’étais fière que Katerine et moi ayons gagné ces médailles, déclare la nageuse. Le fait que l’on s’entraîne toutes les deux à Montréal et que l’on représente le Québec, j’espère que ça influencera favorablement la décision. »

Le directeur de la haute performance de Natation Canada, John Atkinson, avait déclaré lors de la fermeture du centre qu’il réévaluerait la question après les Jeux olympiques de Rio, mais pour le moment rien n’a été annoncé.