Un diplômé sur deux envisagerait de quitter son premier emploi en entreprise

icone Societe
Par Camille Dufétel
mardi 16 juin 2015
Un diplômé sur deux envisagerait de quitter son premier emploi en entreprise
70 % des jeunes diplômés estimeraient qu’au sein de l’entreprise, les compétences techniques prévalent, tandis que selon les DRH questionnés, il s’agirait plutôt des compétences émotionnelles et sociales. Crédit photo: Flickr/Novartis AG https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/legalcode
70 % des jeunes diplômés estimeraient qu’au sein de l’entreprise, les compétences techniques prévalent, tandis que selon les DRH questionnés, il s’agirait plutôt des compétences émotionnelles et sociales. Crédit photo: Flickr/Novartis AG https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/legalcode
Selon une étude publiée le 16 juin par la société internationale de conseil en management Hay Group, un peu plus d’un jeune diplômé sur deux aurait déjà envisagé de quitter son premier poste en entreprise.

 Selon Le Figaro étudiant, qui reprend cette étude, 53 % des 26 542 jeunes diplômés sondés auraient déjà pensé à démissionner parce qu’ils se sentent « mal à l’aise » avec l’ambiance de travail de leur entreprise.

L’étude, qui s’intéresse aux problèmes rencontrés par les jeunes diplômés intégrant le monde du travail, indique également que ces derniers pointent du doigt l’opacité et la trop longue durée du processus de recrutement, ainsi que « le manque de communication et de retour sur leur candidature ». Cela pousserait certains d’entre eux (11 %) à dégrader, sur les réseaux sociaux, l’image de l’entreprise avec laquelle ils ont eu une mauvaise expérience de recrutement, et à ne plus utiliser ses produits ou ses services.

De plus, 16 212 recruteurs dans le monde ont été interrogés. Parmi eux, les trois quarts auraient indiqué que cette frustration par rapport au monde de l’entreprise a plutôt pour origine « le manque de préparation des jeunes diplômés à la réalité du monde du travail ». 

Selon l’étude, il existerait un véritable décalage entre la perception des jeunes diplômés et celle des directeurs des ressources humaines (DRH) quant aux attentes du milieu. Ainsi, 70 % des jeunes diplômés estimeraient que ce sont les compétences techniques qui prévalent au sein d’une entreprise alors qu’il s’agirait plutôt des compétences émotionnelles et sociales, comme l’empathie, selon les DRH questionnés.

L’étude indique qu’un « parcours d’intégration à destination des jeunes diplômés » motiverait ces derniers. On comptabiliserait ainsi moins de démissions au cours de la première année d’embauche au sein des entreprises instaurant ce type de programme, mentionne Le Figaro étudiant.