Prendre conscience de soi

icone Campus
Par Miriane Demers-Lemay
lundi 21 novembre 2016
Prendre conscience de soi
Des ateliers de méditation pleine conscience sont offerts les lundis et mercredis midi sur le campus de l’UdeM par SOI – le salon Zen. Crédit photo : Mathieu Gauvin.
Des ateliers de méditation pleine conscience sont offerts les lundis et mercredis midi sur le campus de l’UdeM par SOI – le salon Zen. Crédit photo : Mathieu Gauvin.
Alors que les études scientifiques s’intéressent à ses effets sur la santé, la méditation pleine conscience est de plus en plus présente sur le campus. Un phénomène qui se décline sous la forme de séances d’initiation, d’ateliers ou encore de retraites.
« La pleine conscience peut aider les étudiants et futurs professionnels à prendre un certain recul par rapport au stress vécu. » Hugues Cormier, professeur agrégé en médecine de l’UdeM

Un petit groupe d’étudiants se font un espace parmi les pupitres d’une classe du pavillon Marie-Victorin. Au son de cloche d’un petit bol tibétain, les étudiants s’assoient les jambes croisées et ferment les yeux. L’atelier bihebdomadaire de méditation pleine conscience de SOI – le salon Zen va commencer. « L’université est un monde extrêmement exigeant, indique l’étudiant au baccalauréat en criminologie et vice-président, Alexis-Michel Schmitt. On ne prend pas beaucoup soin de soi, on est beaucoup dans le savoir et le savoir-faire, mais peu dans le savoir-être. La méditation permet d’avoir des étudiants et des professionnels plus heureux. »

Depuis deux, ans, le salon étudiant SOI – le salon Zen intègre la méditation de pleine conscience à son calendrier d’activités de bien-être offertes gratuitement aux étudiants. Des ateliers de marche et de danse de pleine conscience sur le campus débuteront dans les prochaines semaines.

Une offre qui s’accroît sur le campus

La pleine conscience a d’abord fait son entrée sur le campus en 2009, dans les cours de médecine à la suite d’une initiative du professeur agrégé en médecine de l’UdeM Hugues Cormier. « La pleine conscience peut aider les étudiants et futurs professionnels à prendre un certain recul par rapport au stress vécu », explique-t-il. Une série de tutoriels vidéo sur la méditation sont également disponibles en ligne sur la page Web de la Faculté de médecine. La professeure agrégée en psychologie Mireille Joussemet et la chargée de cours en psychoéducation Lina Bergeron ont emboîté le pas en 2010 et 2013, respectivement, en proposant également la technique dans leurs cours.

L’année 2014 a marqué le début d’une série d’ateliers de groupe offerts chaque semaine au Centre de santé et de consultation psychologique de l’UdeM (CSCP) par des animateurs formés. L’offre a débuté avec des ateliers d’initiation de groupe et des « midis méditation ». « La programmation tend à se diversifier, révèle la nutritionniste du CSCP Amélie Sabourin. Des ateliers « Manger en pleine conscience » et des retraites, soit cinq heures de pratique en continu. sont proposés depuis cette année. » Cet automne, la programmation du CSCP est également disponible au campus de Laval.

Malgré la récente offre de pleine conscience à Laval, les ateliers demeurent très centralisés, selon le Dr Cormier. « On veut se rapprocher de sous-groupes d’étudiants et aller donner des ateliers à Saint-Hyacinthe, à Trois-Rivières, où se trouve la Faculté de médecine, ou encore sur l’avenue du Parc, où se trouvent les infirmières et les nutritionnistes », affirme-t-il. L’équipe du Dr Cormier vise également à développer d’autres outils et des applications Web pour rendre la technique plus accessible.

6

  • PARTAGE