Grève étudiante : Un tiers d’abandons de session en plus dans les cégeps touchés

icone Societe
Par Fanny Bourel
samedi 20 octobre 2012
Grève étudiante : Un tiers d’abandons de session en plus dans les cégeps touchés
(Crédit photo : Tulane Publications / flickr.com)
(Crédit photo : Tulane Publications / flickr.com)

La grève étudiante a-t-elle eu un impact sur les abandons de sessions d’hiver 2012 dans les 14 cégeps touchés par le conflit? Oui répond la Fédération des cégeps, qui a publié le 18 octobre les chiffres des abandons à la session d’hiver 2012.  

Elle estime à environ 2280 le nombre d’étudiants qui ont abandonné leur session d’hiver 2012. Cela représente 4 % des 57 000 étudiants qui devaient reprendre à la mi-août leur session d’hiver interrompue par la grève étudiante. Cette moyenne des abandons est en hausse de 33% par rapport à celle de la session d’hiver 2011.

Aussi, 5,5% de ces 57 000 étudiants ont obtenu d’abandonner leur session sans que la mention échec ne figure sur leur bulletin. Cette disposition est normalement réservée à des situations exceptionnelles, en cas de maladie par exemple. Elle a été étendue pour la session d’hiver 2012 afin d’éviter un trop grand nombre d’échecs et de favoriser la réussite scolaire.

La Fédération des cégeps tient à souligner que, sur les 60 000 étudiants fréquentant à la session d’hiver les 14 cégeps impliqués dans le conflit étudiant, 3000 d’entre eux ont terminé leur session dès juin grâce à des injonctions ou à des ententes faites avec les associations étudiantes concernant les stages.

L’organisation qui regroupe 48 collèges publics du Québec entend continuer à soutenir les étudiants aux  parcours scolaires affectés par la grève étudiante.  « Bien que la situation actuelle ne soit idéale pour personne, un suivi très serré est fait de la part des cégeps auprès des étudiants désirant poursuivre leurs parcours afin qu’ils puissent le faire. La réussite scolaire demeure une priorité pour nous » a précisé dans un communiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne.