De nouvelles orientations à l’AGEEFEP

icone Campus
Par Angèle Delmotte
jeudi 30 novembre 2017
De nouvelles orientations à l'AGEEFEP
Le président de l'AGEEFEP, Denis Sylvain. réélu pour un deuxième mandat. En arrière plan, de gauche à droite, la présidente de l'assemblée, Ghislaine Chabot, le secrétaire général, Michel Gervais, qui terminait son mandat, ainsi que le responsable du service des plaintes et de l'information, Claude Garon. (Courtoisie de l'AGEEFEP)
Le président de l'AGEEFEP, Denis Sylvain. réélu pour un deuxième mandat. En arrière plan, de gauche à droite, la présidente de l'assemblée, Ghislaine Chabot, le secrétaire général, Michel Gervais, qui terminait son mandat, ainsi que le responsable du service des plaintes et de l'information, Claude Garon. (Courtoisie de l'AGEEFEP)
L’association générale des étudiants et étudiantes de la Faculté de l’éducation permanente (AGEEFEP) tenait son 17e congrès le 25 novembre dernier au pavillon 3200, rue Jean-Brillant. Au programme se sont retrouvés la définition des orientations et des dossiers à traiter au cours des deux prochaines années ainsi que l’adoption du budget et l’élection des membres du conseil exécutif.

La possibilité pour la Faculté d’éducation permanente (FEP) d’offrir des diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS) était au cœur du congrès. En raison de son statut actuel dans la charte de l’UdeM, la Faculté est limitée à n’offrir que des études de premier cycle. L’exécutif a notamment invité tous les membres de l’association à signer une pétition pour réclamer les DESS, ce que 3 543 étudiants avaient déjà fait.

L’événement a aussi été l’occasion d’élire de nouveaux membres au conseil de direction, ainsi qu’au comité exécutif. Denis Sylvain a notamment été réélu au poste de président de l’association, rôle qu’il occupe depuis 2015. Au cours de son discours, il a rappelé les enjeux à venir. « Je pense qu’on a touché véritablement à des problématiques que les étudiants vivent au quotidien, confie-t-il. Les deux dossiers qui vont retenir particulièrement notre attention sont les DESS et les bourses pour les étudiants à temps partiel. » Andréanne St-Gelais s’est également fait élire au poste de secrétaire générale. Elle avait auparavant occupé un poste homonyme au sein de l’exécutif de la FAÉCUM. Muriel Di Battista et Fatine Kabbaj ont pour leur part été réélues à la vice-présidence, en compagnie de Poonoosami Mootin qui y est élu pour la première fois.

Plusieurs autres grands thèmes ont été évoqués par les membres du congrès. Parmi eux, la demande de baccalauréats par cumul avec appellation (BACCAP). Demandé depuis 1985, aux dires de M. Sylvain, le premier BACCAP n’a été lancé qu’à partir de la session d’automne 2014, sous la forme du baccalauréat par cumul avec appellation en fondements et pratiques en sciences sociales et santé. Un deuxième devrait voir le jour en juin prochain et s’intituler baccalauréat par cumul avec appellation en analyse et intervention criminologique. Il comprendrait les certificats de criminologie, de victimologie et de droit.

La volonté d’un meilleur accompagnement étudiant, la promotion de la campagne « Sans oui, c’est non! », ainsi que l’accès aux bourses pour les étudiants à temps partiel font aussi partie des sujets qui ont été débattus. Sur ce dernier point, l’AGEEFEP compte demander une modification de la Loi sur l’aide financière pour rendre les bourses d’études plus accessibles. Le président a conclu le congrès en encourageant les étudiants à se présenter à l’Assemblée générale en novembre 2018 afin qu’ils puissent se faire entendre.

  • PARTAGE